Abonnez-vous

Au sommaire du numéro en cours

Enquête : Multimarquisme, le coming out des constructeurs
Interview : Olivier Legrand, Federal-Mogul
Astuce : L’hydrogène au service du décalaminage
Pièces : Bougie, le retour de l’essence !
Comparatif : Les crédits locatifs
Pannes : Le bilan du contrôle technique 2013

Toute l’information pour l’univers du garage

La FEDA appelle les pouvoirs publics à mettre en œuvre sans délai les recommandations de l’ADLC

par le

JPEG - 14.5 ko

Michel Vilatte, président de la FEDA

Après une analyse très approfondie, l’Autorité de la concurrence vient de publier un avis qui identifie les points de blocage du fonctionnement concurrentiel de l’après-vente automobile. Dans son rapport l’ADLC a fait 5 propositions essentielles :

1. Ouvrir de manière progressive et maîtrisée le marché des pièces de rechange visibles.

2. Permettre aux équipementiers de commercialiser plus librement les pièces de rechange.

3. Contrôler et le cas échéant sanctionner les entraves à l’accès aux informations techniques des constructeurs.

4. Rédiger en termes clairs et explicites les contrats de garantie et d’extension de garantie.

5. Veiller à ce que les prix conseillés des pièces diffusées par les constructeurs et les équipementiers ne conduisent pas à limiter la concurrence par les prix entre les opérateurs.

Sans surprise, la FEDA a fait savoir qu’elle approuvait pleinement ces recommandations. Elle regrette néanmoins que la suppression du monopole sur les pièces “captives”, votée en 2007 par le Parlement européen et adoptée sous la forme d’une “ clause de réparation ” par de nombreux pays de l’UE et tous les pays limitrophes de la France, ait pris un tel retard dans notre pays, « laissant ainsi s’établir les usines de fabrication de pièces de l’autre côté de nos frontières plutôt que sur notre propre territoire » souligne-t-elle. Et d’ajouter : « La pression des constructeurs et de leurs réseaux, déterminés à conserver cette rente de situation, a jusqu’à présent trouvé un écho favorable auprès des pouvoirs publics avec des arguments sur leur compétitivité et l’emploi aujourd’hui contredits par l’analyse de l’Autorité mais aussi par les faits. Comme le souligne très pertinemment l’ADLC, les difficultés actuelles des constructeurs français viennent de causes complètement étrangères aux propositions énoncées dans l’avis. »

L'info en continu

L’Autorité de la concurrence se prononce pour la levée du monopole des (...) 8 octobre 2012 par Christophe CARIGNANO Secteur Rapport de l’Autorité de la concurrence : les constructeurs peinent à (...) 8 octobre 2012 par Christophe CARIGNANO Secteur

- Voir tous les articles

Abonnez-vous à notre magazine Décision Atelier :

Inscrivez-vous :

  Notre newsletter

Notre newsletter hebdomadaire est diffusée auprès des acteurs des filières automobiles.
Inscrivez-vous, c’est gratuit !

  Nos flux RSS

Abonnez-vous à notre flux RSS pour suivre l’actualités de Décision Atelier en cliquant sur le bouton ci-dessous :